casemate-de-bourges

Une zone de protection stratégique

Les batteries dispersées dans les intervalles des forts devaient être protégées. La casemate de Bourges, installée dans les flancs des forts, ne tire pas face à l’ennemi mais en direction des ouvrages voisins. La casemate de Bourges du fort de Vézelois servait à protéger l’intervalle entre le fort et l’ouvrage de Meroux.

Elle était armée de deux pièces de 75 mm montées sur un affût spécial de casemate. Les deux chambres de tir et l’observatoire sont placés en retrait l’un de l’autre et protégés par un mur en aile très épais soutenant le rempart et défilant ainsi les embrasures. Une dalle en béton armé recouvre l’ensemble.

Un rail scellé au plafond permettait l’armement et le désarmement de la casemate (réparation d’un canon…). Le sous-sol comprend un magasin à munitions et un abri-logement pour les servants. Chaque canon était approvisionné à 500 coups.

L’effectif était de 15 hommes, commandés par un officier depuis l’observatoire.

La traverse qui croise la rue du rempart près de la casemate de Bourges, est un passage protégé entre les casernements et les plates-formes d’artillerie. De plus elle arrête les tirs en enfilade sur la rue du rempart.