coffre-de-contrescarpe

Un élément de défense rapprochée

Les canons des remparts du fort et des batteries annexes ne protègent pas les intérieurs de l’ouvrage car ils sont pointés en direction du front, seuls les coffres de contrescarpe assurent la défense rapprochée. Construits dans le fossé, ils tiennent sous leurs feux l’ennemi et prennent en enfilade une ou deux lignes droites du fossé. Le coffre de contrescarpe visité protège l’entrée principale du fort.

Un fossé diamant  bétonné est devant chaque coffre. Pendant les combats, la terre et les matériaux qui tombent de la contrescarpe – dus aux explosions des projectiles – s’accumulent dans ce fossé et non pas devant les embrasures. Le tir des canons d’un coffre est donc toujours possible.

Les coffres de contrescarpe sont percés de fenêtres pour l’observation et l’éclairage des fossés, de meurtrières – pour les tirs d’infanterie et le lancé des grenades – et d’embrasures à canon, des créneaux à pied assurent aussi la défense rapprochée.

Les embrasures sont petites – l’angle de tir est réduit – et n’ont pas de visières de protection .

L’armement des coffres de contrescarpe  comprend des canons de 12 et des mitrailleuses ou des canons-révolvers. Le 12 culasse est employé pour détruire des tranchées et contre le matériel – par exemple ponts et échelles pour traverser les fossés -.

Le canon revolver est utilisé contre le personnel et les obstacles légers, il interdit la progression ennemie dans le fossé.
Après quelques tirs, les gaz et la fumée qui s’échappent des canons obscurcissent le coffre de contrescarpe et la visibilité devient faible, la visée est alors indirecte.

En s’alignant avec une croix de pointage – peinte sur le mur du fond -, les pièces d’artillerie sont dirigées suivant leur axe de tir.

Ces canons exigent la présence de plusieurs servants et un stock important de munitions. Ils sont difficiles à déplacer car encombrants et lourds. En cas d’abandon d’un coffre, ils restent sur place et ne sont donc pas utilisés pour combattre dans les gaines de communication.